Mar-Avr 2014

Retour sur The Great Black Music … Nous avons été u-na-ni-mes !

Cette expo est simplement géniale et plus précisément :

  • Ludique : dès l’arrivée le visiteur est équipé d’un casque audio et d’un smart-phone qui vont lui permettre d’écouter ce qu’il veut dans l’exposition, ce qui procure une grande liberté de visite, pas de passage obligé, les salles peuvent s’apprécier dans le désordre, il n’est pas NECESSAIRE de TOUT lire, TOUT voir. Grâce au smartphone vous savez toujours quel morceau vous écoutez et de qui, avec la possibilité de garder la liste en mémoire et de la récupérer par email.
  • Interactive : bien qu’équipé d’un casque audio, le visiteur écoute la même chose que son voisin (penché sur le même sujet) ce qui ne vous empêche donc pas de commenter ou sourire avec l’autre lorsque vous entendez une interview qui vous fait rêver ! De plus, le fait que les interviews ou films soient placés au centre des salles d’exposition permet la communion des visiteurs dans l’observation ou l’excitation.
  • Riche : plus de 14h de musique et de films sont disponibles ! Il est donc possible d’y revenir plusieurs fois et de découvrir encore quelque chose, quelque artiste qu’on ne connaissait pas. Nous comptions y rester une ou deux heures maxi et au final nous avons fait la fermeture (soit trois heures de visite)
  • Distrayante : que vous écoutiez un court documentaire sur la vie d’Elvis ou un film sur le mouvement des droits civiques américains, arrive le moment où vous commencez à vous balancer, vous trémousser sur votre siège ou debout ! Cette expo donne envie de danser !

Et je ne commente pas les salles du second étage en sous-sol, cabines de danse, cabines de tag, perruque, cours de merengue, n’oubliez surtout pas vos amis pour profiter de cette super exposition qui fait la part belle à toutes les musiques noires d’Europe, des USA, d’Afrique et des Îles…

Avant d’y aller je vous conseille de prendre le temps de visionner certains documentaires disponibles ici, sur la page web de FranceTvInfo comme : les Hit Makers, les couples mythiques de la musique américaine et les Divas de la Black Music.

Enfin pour vos trajet dans le bus ou dans le métro je vous recommande d’écouter le podcast de cette émission de France Culture « 1 vie 1 œuvre » sur la très engagée Nina Simone.

Si après cela vous n’avez pas les larmes aux yeux, c’est peut-être que la musique soul n’est pas vraiment faite pour vous !

Je remercie les petits nouveaux qui nous ont rejoints (comme Raphaël, Marie, Ammad, Etienne et Loïc) et les fidèles qui reviennent (Eleonore, Daphné, Jérôme, Amina, Killian, Augustin) je ne regrette pas d’avoir choisi cette expo pour nous retrouver c’était une excellente occasion, je remercie aussi Julie du Café des Concerts qui a bien voulu rallumer les fourneaux malgré nos trois quarts d’heure de retard !

photo 12

(En effet impossible de réserver chez Moussa l’Africain, le restaurant ne répond pas – dommage).

Enfin un vrai bon So Cute se finit tard alors merci aux irréductibles qui nous ont conduit au Point Ephémère bondé pour le début du DisquaireDay !

 

photo 8

Joyeuses Pâques et à la prochaine !

Toutes les photos ici

Publicités
Par défaut
Mar-Avr 2014

THE GREAT BLACK MUSIC – vendredi 18 avril 2014 à 20h – prends ton billet !

The Great Black Music

Hello People ! So Cute So Culture est de retour pour le SWING, Le ROCK, le BLUES, l’AFROBEAT, Le HIP et Le HOP !

Oui je vous donne rendez-vous vendredi 18 avril à 20h00 à La Cité de la Musique pour l’exposition événement THE GREAT BLACK MUSIC ! BIM !

(Je vous conseille de réserver à l’avance pour 20h pétantes car le tour de 21h est déjà complet !)

Nous pourrons danser, découvrir des morceaux de musique inédits, des sons et des instruments auxquels la musique d’aujourd’hui doit beaucoup, pour ne pas dire TOUT !

De Salvador de Bahia à Porto Rico, de Carthagène à New York, les musiques créées par les populations noires sur le continent américain ont considérablement influencé la musique moderne. Elles font désormais partie d’un patrimoine commun et universel. Nées dans l’humilité de la condition d’esclave, ces musiques ont inventé une liberté que les Noirs ne possédaient pas encore.

Par un curieux renversement des choses, elles ont fini par incarner tout ce que l’Amérique avait réellement produit de neuf et d’original. Car du métissage des cultures est né de l’imprévisible et de l’inouï. 

Je vous invite à consulter le site de l’exposition et peut-être à télécharger l’application de l’expo afin de profiter à fond pendant la visite et de garder en mémoire vos morceaux préférés pour les ré-écouter à la maison.

La visite propose le récit de l’épopée des musiques noires à travers de nombreux extraits musicaux et audiovisuels. Elle s’organise en six salles thématiques.

Image

Pas la peine de préciser que la Galerie Lewis Watts avec ses photos de la Nouvelle Orléans va nous transporter bien loin le long du Mississippi, là où les hommes et les femmes ont tous une guitare dans les bras ou une trompette au bec !

1706921a_orig

Enfin voici quelques mots de présentation bien joliment écrits par le commissaire d’exposition, Marc Benaïche :

Des récits épiques des griots mandingues à la plainte mélodique des bluesmen du delta du Mississippi, des bouges de La Nouvelle-Orléans aux clubs de Manhattan, des rythmes yoruba à la naissance de l’afrobeat, des mélopées du maloya à la samba, des faubourgs de Kingston, où apparurent le ska et le reggae, jusqu’aux terrains vagues du Bronx où surgit le hip-hop : la voix, le souffle, les rythmes, l’âme de millions d’esclaves déportés depuis les côtes africaines jusqu’aux Amériques ont généré une constellation de musiques d’une richesse inouïe.

Cette saga n’est pas spécifiquement américaine, africaine, caribéenne ou européenne. Elle est tout cela à la fois. Après quatre cents ans de servitude liée à l’une des plus grandes tragédies humaines, la terreur raciale a laissé place à une immense explosion de créativité et de liberté, que la musique depuis lors n’a eu de cesse d’exprimer. Ces musiques noires façonnent la culture populaire mondiale et transcendent toute conception ethniciste ou nationaliste.

Avec l’exposition Great Black Music, nous avons souhaité raconter, montrer, exposer cette formidable épopée musicale qui a traversé les siècles et les continents, et qui continue de nous impressionner, laissant à chaque génération son lot d’émotions et de mémoires marquées par un refrain indélébile, une vibration ou un groove inimitable.

En attendant donc ce grand moment écoutez la playlist de l’exposition !

NSP_great_black_music-620x210

Ensuite à 21h30 nous nous restaurerons chez Moussa l’Africain – toujours dans le thème – où il se joue de temps en temps, des concerts.

african-music-hall-paris-13891592931

20h00 Cité de la Musique, 221 avenue Jean Jaurès, 75019 Paris

Métro : Porte de Pantin

21h30 Moussa l’Africain, 25 avenue Corentin Cariou, 75019 Paris

Métro : Porte de la Villette

POUR RSVP – cliquez ici

Par défaut