Jui-Aou 2016

Rendez-vous avec Pierre Paulin, créateur du futur

Je suis heureuse de vous donner rendez-vous, pour mon retour, au Centre Pompidou à l’occasion de l’exposition du designer français et de génie : Pierre Paulin (1927-2009)

Pierre Paulin est aux États-Unis pour présenter son projet à Herman Miller. La crise pétrolière de 1973 empêche l'utopie de voir le jour. Photo Maia Paulin

Pierre Paulin est aux États-Unis pour présenter son projet à Herman Miller. La crise pétrolière de 1973 empêche l’utopie de voir le jour. Photo Maia Paulin

Designer, architecte d’intérieur, créateur, Pierre Paulin sculpte l’espace, l’aménage, le «paysage ». Ses environnements, ses meubles, ses objets industriels, se mettent au service du corps. Avec plus de soixante-dix pièces de mobilier et une cinquantaine de dessins inédits, l’exposition consacrée par le Centre Pompidou à Pierre Paulin propose une traversée de tout l’oeuvre du designer et de quarante années de création. Elle présente des pièces phares devenues des « icônes » de l’histoire du design – Anneau, Mushroom, Ribbon Chair, Butterfly, Tulip… – et fait la part belle à des projets inédits, auto-édités, comme le Tapis-siège, la déclive, la tente, etc. Des pièces rares des années 1950 et des prototypes sont également dévoilés dans l’exposition.

Paulin Pierre (1927-2009). Paris, Centre Pompidou - Musee national d'art moderne

Peut être le plus connu de toute une série qui suivra, Mushroom, conçu en 1963 est l’exemple type d’une nouvelle technique de fabrication. Consitué de 3 anneaux – un pour le sol, un autre pour le siège et le dernier pour former le dossier – maintenus par des sangles de caoutchouc et recouvert de mousse. Révolutionnaire, son design aux formes souples et arrondies et sans piétment avait été spécialement étudié pour recevoir une housse en tissu élastique sans couture. Ses lignes simples et intemporelles sont aujourd’hui, présentent dans la collection permanente du MoMa (The Museum of Modern Art de New York).

En 1971, Pierre Paulin est choisi par Claude et Georges Pompidou pour revisiter l’aménagement des appartements privés du Palais de l’Elysée. En 1984, c’est au même designer que fait également appel François Mitterrand pour concevoir l’architecture intérieure et le design de son bureau présidentiel.

L’exposition invite le visiteur à établir un dialogue entre corps et confort. Parce que les recherches de Pierre Paulin ont été sans cesse motivées par les thèmes du confort et d’un nouvel art de vivre – au ras du sol par exemple, le parcours propose au public de s’asseoir dans les sièges les plus emblématiques du créateur, des rééditions mises à la disposition des visiteurs.

L’exposition présente, enfin, une reconstitution inédite du living room de la Calmette, la villa dessinée dans les Cévennes par le designer dans les années 1990 : le public y expérimente un épais diwan (tapis) glissant le long d’un mur, se retournant sur le sol et accueillant quatre fauteuils Tongue.

J’ai tellement hâte !!!

Rendez-vous devant la statue de Calder à 19h30, le mercredi 27 juillet, prenez vos billets à l’avance en ligne !

Ensuite nous irons boire et manger chez HOMIES 26 Rue Beautreillis, Paris, France, 75004 Paris résa à 22h00.

Je compte beaucoup sur vous !

Pour rsvp et les infos live, c’est ici.Pour rsvp et les infos live, c’est ici.

Publicités
Par défaut
Jan-Fev 2016

SCSC @ Les Jeudis Arty

Jeudi soir dernier (04/02/2016) nous étions aux Jeudis Arty, dans le Marais, pour découvrir les 40 galeries d’art participantes. Impossible de toutes les faire, mais nous nous sommes bien amusés, car chacune avait réellement joué le jeu. D’ailleurs, certains ont tellement aimé le concept qu’ils se sont balladés de leur côté pendant toute la soirée, et en ont oublié le point de ralliement !

Ce spécial So Cute était organisé avec la collaboration de Dorothée, fidèle de la communauté So Cute, et qui a fait partie de l’association des Jeudis Arty, comme bénévole pendant 2 ans.

Au menu, il y avait donc :

De l’art contemporain et des vernissages, bien sûr, mais aussi des performances à la soirée de clotûre du Carreau du Temple.

Nous avons donc commencé par la galerie Papillon, rue Chapon, qui fêtait ses 27 ans d’existence, puis avons déambulé alentour, en passant par deux espaces notablement animés : la galerie Christian Berst, et la galerie Sator dans le passage des Gravilliers.

A la galerie Christian Berst, Art Brut nous avons apprécié : le vernissage bigarré, et le travail de l’artiste Misleydis Castillo Pedroso. Vivant dans un environnement isolé, en raison de sa condition de sourde et muette, elle donne vie à ses personnages en les reproduisant, et en augmentant leur taille jusqu’à ce qu’ils dépassent l’échelle humaine. On s’est donc retrouvés au milieu d’une foule, vivante et dessinée.

Ensuite, à la galerie Sator, nous avons eu un énorme coup de cœur pour le travail de la plasticienne Nazanin Pouyandeh, avec son exposition L’envers de l’histoire. Elle met en scène ses rêves, un inconscient collectif qui se prête au métissage culturel, en combinant des techniques variées mais en gardant une iconicité mythique et naïve. Une alchimie qui nous a enchantée sans que nous arrivions à savoir exactement pourquoi. Fantastique !

Au Carreau du Temple, nous avons enfin bu quelques bières Gallia, et assisté aux performances autour de la « Poésie du geste »….. Mention particulière pour le tableau numéro deux, avec son duo de choc, qui nous a emmenés dans une mise en scène charnelle, et nous a laissé bien silencieux … et philosophes pour certaines !

Ne manquez pas la prochaine édition : ici depuis le site l’association.

A très vite

SCSC

Par défaut
Jan-Fev 2016

So Cute se rend aux Jeudis Arty !

SAVE THE DATE // 4 février 2016

Les Jeudis Arty, c’est un concept chouette : 40 galeries d’art du Marais ouvrent leur portes simultanément en nocturne, et invite une communauté curieuse, passionnée à découvrir les trésors de leurs entrailles.

Au programme : vernissages et des vernissages et ENCORE des vernissages ( !!! ) , performances, visites guidées et possible rencontre avec les artistes. Vers 22h, drinks à la soirée de clotûre, et direction la Candelaria pour se réchauffer.

Si vous voulez vous faire une idée, l’émission Paris Dernière a filmé les débuts du concept, il y a tout pile un an.


En attendant, plus de détails sur les Jeudis Arty ici  & le programme de l’édition du 4 février là !

See you soon, honey pies !

Pour RSVP et suivre les infos de notre rencontre en live c’est ici !

 

 

 

 

 

Par défaut
Nov-Dec 2015

Visite dans une maison / galerie par Le Corbusier !

Chers Amis !

Je vous remercie de vous être déplacés le week-end dernier au fin fond du 16ème pour visiter la Fondation Le Corbusier ou plutôt devrais-je dire la Maison de La Roche –Jeanneret (1923 /1925) où nous avons été très bien reçus !

En effet malgré de stressants désistements de dernières minutes, nous étions presque au complet pour écouter Edouard, notre conférencier passionné, pendant 1h20 ! Nous avons commencé par observer la façade puis sommes entrés dans la demeure.

observation de la Maison de La Roche

Ce que nous avons retenu/aimé :

Une entrée gigantesque avec une hauteur sous plafond de 8 mètres !

Un balcon théâtral sur le modèle d’une chaire de prêtre pour accueillir les invités !

Balcon Maison de La Roche

La polychromie subtile et chic de la galerie composée (entre autres) de Bleu charron, de Terre de Sienne claire, de Vert Paris, de Vert noir ou de Brun rouge…

L’austérité du client mécène, c’est à dire que Raoul Albert de La Roche qui a commandité Le Corbusier pour lui construire sa maison/galerie, était célibataire à 33ans (1923) et à souhaiter s’installer dans une demeure faite pour 1 personne ! La rationalité et l’austérité du Purisme imprègnent totalement l’atmosphère de cette œuvre élitiste à l’esthétique « pauvre ».

Nous avons aimé faire l’expérience de la promenade architecturale et remarqué l’enchainement des perspectives et des points de vues, la symbiose des espaces extérieurs et intérieurs, et les grands pans de verre illustrant l’idée que :

« Le dedans est toujours un dehors »

Fondation Le Corbusier

Enfin on apprécie le toit terrasse avec et sans garde-corps sur le quel La Roche s’est fait construire un store pour le pas voir sa voisine en train de bronzer !

Une magnifique visite (que nous avons faite en chaussons, cf photos) qui nous a donnée l’envie d’en faire d’autres comme celle de l’appartement-atelier de Corbu rue Nungesser Paris 16 et surtout celle de la Villa Savoye à Poissy à 20 minutes de St Lazare en train (visite guidée gratuite les samedis et dimanches à 11h30 et 14h30).

Enfin nous sommes abreuvés au Bo Zinc avenue Mozart qui sert (oui faut le dire) les pires tartines de Paris mais pour un Coca 0 ou une binouze nous étions « safe ».

Suite Maison de La Roche

Merci à Anaïs & Annie – les nouvelles – tout sourire !

Rendez-vous à Poissy pour le prochain SCSC

Toutes les photos ici

SCSC

Par défaut
Sept-Oct 2015

Le Cycle de la Lumière Disco avec Andy au MAM !

Bonjour Les Amis,

Merci pour votre motivation jeudi soir dernier, lors de l’exposition Warhol Unlimited au Musée d’Art Moderne de Paris.

Qu’avez-vous vu, retenu et aimé ?

De mon côté j’ai apprécié la scéno qui m’a bien rappelé LE musée Andy Warhol de Pittsburg (sa ville natale) avec le papier peint vache, mao et les Silver Clouds.

Andy Warhol Unlimited Silver Clouds MAM So Cute So Culture

Je n’avais jamais vu la série des chaises électriques et j’ai trouvé cela fort, en effet de loin on reconnaît bien une série d’œuvres de Warhol aux belles couleurs pop – rouge & bleu ciel, violet et jaune – puis en s’approchant, le sujet se révèle et a lieu l’effet de surprise… Gore ? Andy ?  La chaise ou la cannette de soupe en réalité tout peut s’acheter en masse aux USA dans les années 70…

J’ai aimé la salle des Flowers et réalisé que ces peintures (motif de 2 ou 4 fleurs) existent dans tous les formats – du mini au géant – n’ont pas d’angle de vue, en effet tous les angles sont bons pour les regarder, les apprécier ou les accrocher. D’ailleurs elles étaient fixées sur un cadre en rotation lors de leur première présentation au public. Du papier peint les amis !

11235454_1120719931279275_5407987411446572069_o

Les Shadows dans la dernière salle avec leur aspect négatif / positif ne nous ont toujours pas relevé leur secret : que représentent-elles ? Une flamme de bougie et l’angle d’un objet quelconque ? Avec Andy il faut s’attendre à tout mais on peut compter sur lui pour le choix des couleurs et l’harmonie de la composition (monochrome de blanc cassé, d’argenté, de bleu nuit et 14 autres couleurs).

Les Shadows c’est peut-être les 102 étapes du cycle de la lumière disco qui éclairait la Factory en 78 ?

Enfin très bon diner au Tokyo Eat comme d’habitude : excellent cocktail Rio Bamako, poulet au caramel trop sucré mais très bon point pour le lieu noir et le hachis parmentier.

Merci à tous vous êtes merveilleux !

Toutes les photos ici

A samedi 7 novembre pour la visite commentée de la Maison de la Roche par Le Corbusier !

Culturellement,

SCSC

Par défaut
Mai-Jui 2015

Songe Musical le 03.06.15 à la Philharmonie de Paris !

Chers tous,

Merci pour cette magnifique soirée passée en votre compagnie !

En effet nous avons été très gâtés à la Philharmonie le mercredi 3 juin par l’Orchestre de Paris, la baguette de Yutaka Sado et le swing du grand pianiste cubain Jorge Luis Prats.

1-19

Nous nous sommes retrouvés, les 27 socuters, à 20h, au pied des escalators pour nous rencontrer et pénétrer ensemble dans la merveilleuse salle déssinée par Jean Nouvel.

Bien qu’éparpillés à divers endroits sur les hauteurs de la salle de concert, nous avons gravité ensemble au rythme des Escales de Jacques Ibert et du Concerto pour piano en fa de Gershwin.

Nous avons applaudi à l’unisson des autres 2377 spectateurs et rappelé 3 fois Jorge Luis Prats ! Quel show !

A la pause nous avons consommé sandwiches et verres de vin, que nous avons élégamment bus cul sec puisque nous manquions de temps (du fait des 3 rappels).

Pendant la seconde partie, Petrouchka, la ballerine et le Maure ont tragiquement fêté Mardi Gras dans les rues de St Petersbourg sous nos yeux et sans mise en scène (je compte bien voir ce ballet en vrai).

Un songe musical dont nous avons profité le temps d’une soirée dans le ventre d’une grosse baleine bleue …

1-32

Mais tel Gepetto nous en sommes sortis pour aller boire des verres à la Petite Hall où il nous a été IM-POS-SI-BLE de manger quoi que ce soit (merci Paris !)

A refaire absolument ! Mais je vous le rappelle pour obtenir des places à 10 € il faut s’y prendre au moins 7 semaines à l’avance.

Merci aux courageuses (anciennes bien sûr) et nouvelles recrues que j’espère avoir l’occasion de revoir rapidement : Ingrid, Brigitte, Audrey, Constance, Jocelyne, Anne & Claude… !

Toutes les photos ici

A bientôt le vendredi 17 juillet pour le Hip Hop à l’Institut du Monde Arabe

SCSC

Par défaut
Mai-Jui 2015

Retour sur Miroir, ô mon miroir au Pavillon Carré de Baudouin le 16.05.15

Merci à toutes et à tous de vous être déplacés le samedi 16 mai dernier au Pavillon Carré de Baudouin pour notre jolie visite guidée de l’expo Miroir, ô mon miroir avec l’Extension (laboratoire de recherches, de créations et d’expérimentations)

Nous avons été accueillis de façon charmante par notre médiateur / conteur Clément qui a pris le temps de se présenter par le biais d’une charade…

Nous avons apprécié :

  • La modération animée de notre conteur auprès des plus jeunes !

Week-end du 1er mai 2015 022

  • L’agencement de l’exposition : un escalier qui monte, l’orée d’une forêt (La Forêt d’Eva Jospin), une grande échappée blanche qui rappelle une galerie d’art, des œuvres à hauteur d’enfant, un escalier qui descend, une pièce à droite, une alcôve à gauche, des phrases sur les murs, et un retour au rez-de-chaussée…
  • Les œuvres poétiques et insolites :

Lune en cage (Laurent Pernot, Captivité)

Biche perlée (Julien Salaud, Constellation de la biche II)

Bébé géant japonisant (Virgnie Barré, Tsukiko – Les Yeux fermés)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce bébé surdimensionné, endormi au sol est habillé comme un ninja et pourrait nous rappeler le fils de Yubaba dans le voyage de Chihiro – dixit Virgnie Barré

Des dalles qui bougent (Charlotte Charbonnel, Magma)

Chouette en peaux (Lionel Sabatté)

Une série de « Blanche Neige » en délire (Caroline Delieutraz)

  • La gratuité et oui c’est si rare à Paris !

Vous voulez en savoir plus ou retrouver le nom d’un artiste ou d’une œuvre que vous avez vu ? Consultez ici le dossier de presse !

A bientôt !

SCSC

Par défaut